Articles

Assaut (John Carpenter, 1976)

Image
  Deux ans ont passé depuis la sortie de Dark Star , le premier long de John Carpenter. John entreprend d'abord une suite pour son film de chevet, Rio Bravo . Devant le minuscule budget qu'il peut espérer (100 000 dollars), il transporte son intrigue dans un Los Angeles contemporain où vont s'affronter une petite troupe d'assiégés (le film s'appelle d'abord The Siege ), reclus dans un commissariat désaffecté, et une horde informe d'assaillants. La raison de cet "assaut" ? Un homme, qui a vu sa fille assassinée par un déséquilibré, tue ce dernier, sans savoir qu'il s'agit du membre d'un gang... Le père, meurtrier à son tour, se réfugie dans le commissariat, se croyant alors en sécurité. La lutte entre le dedans, organisé et soudé malgré ses différences, et le dehors, ensemble tentaculaire non-identifié qui semble se régénérer lui-même, est tout à la fois d'une simplicité et d'une force incomparable, tenu par une caméra

La Tombe de Ligeia (Roger Corman, 1964)

Image
Verden Fell (Vincent Price) est un homme brisé par la mort de son épouse, Ligeia. Il rencontre alors Rowena (Elizabeth Sheperd), une jeune femme ressemblant étrangement à sa défunte épouse. Plus étrange encore, la présence de Ligeia ne semble pas avoir complètement quitté les lieux...

Les Vampires (Riccardo Freda et Mario Bava, 1957)

Image
Commencé par Freda et terminé dans l'urgence par Mario Bava suite à la défection surprise du réalisateur en titre, Les Vampires marque une date dans l'histoire du cinéma d'horreur et d'épouvante. Considéré comme le premier film d'horreur post-seconde guerre mondiale, son esthétique gothique, ses personnages et son scénario ont influencés de nombreux cinéastes.

Menaces dans la nuit (John Berry, 1951)

Image
Il fallait être pas loin de fou, vu l’implacable chasse aux sorcières qui sévissait alors, pour mettre sur pied un film comme Menaces dans la nuit : à l'aide d'une équipe quasi intégralement connue pour ses sympathies communistes, John Garfield et Bob Roberts, avec leur société de production nouvellement créée, voulaient à tout prix faire un film en marge de l'esthétique et de la morale traditionnelle des studios hollywoodiens. Et He ran all the way (son titre original bien plus parlant) allait incarner cela.

The Outfit - Échec à l'organisation (John Flynn, 1973)

Image
Voici un film plutôt méconnu de John Flynn, réalisateur à la carrière atypique. Ancien assistant de Robert Wise, il a travaillé sur West Side Story ,  puis réalise notamment Le Sergent en 1968 avec Rod Steiger et John Philip Law, et Haute sécurité , le film d'action avec Sylvester Stallone en 1989.

Nightfall / Poursuites dans la nuit (Jacques Tourneur, 1957)

Image
  Nightfall , produit à la fin de la longue traîne du film noir (les derniers avatars classiques en seront l'excellent Sueurs Froides ( Vertigo ) d'Hitchcock, et Traquenard ( Party Girl ) de Nicolas Ray en 1958, déjà un brin "mutants"), possède un certain nombre de singularités qui permettent de le démarquer d'un ensemble à la fois vague -le film noir est plus un esprit, une sensibilité- que parfaitement étudié.

Woman on the Run / Dans l'ombre de San Francisco (Norman Foster, 1950)

Image
Woman on the Run , devenu Dans l'ombre de San Francisco lors de sa sortie en salles françaises, est un petit classique du film noir ; il brille par une facture visuelle de premier ordre, qui rappelle les composition et les raccords vus chez Orson Welles. Le grand chef opérateur Hal Mohr est également de la partie, avec à son actif de grands films de l'âge d'or d'Hollywood, tels Le Chanteur de Jazz (Alan Crosland, 1927), Capitaine Blood (Michael Curtiz, 1935), ou L'Ange des maudits (Fritz Lang, 1953). La maîtrise de l'équipe technique, ainsi que les dialogues percutants vraisemblablement réécrits au jour le jour par Norman Foster et Alan Campbell, animés par un très bon duo d'acteurs (Ann Sheridan, un peu sur le retour en 1950, et Dennis O'Keefe, qu'on avait remarqué dans les deux polars de Anthony Mann, La Brigade du suicide et Marché de brutes ), scelle la grande qualité du film ; qualité passée en grande partie inaperçue pendant l'exploita