Articles

Affichage des articles du avril, 2020

Dans les griffes de la momie (John Gilling, 1967)

Image
Encore une momie ? Hé oui ! Hammer Film continue la saga avec un troisième film, qui intervient après La Malédiction des pharaons de Terence Fisher (1959) et Les Maléfices de la momie (Michael Carreras, 1964), déjà moins inspiré. John Gilling, un des grands réalisateurs à avoir œuvré à la Hammer, est aux commandes.

Alien, le huitième passager (Ridley Scott, 1979)

Image
Analyse de séquence : Ouverture

Juste après le logo de la Fox, un panoramique dans l’espace, puis une planète qui se dessine ; on entend un léger souffle, comme le bruit du vent. Les couleurs sont mordorées, émanant du reflet de la planète sus-citée, qui n’est pas identifiée ; sur ce premier plan du film Alien, apparaissent progressivement des symboles, qui viennent compléter un assemblage tout en symétrie.

Les Maléfices de la momie (Michael Carreras, 1964)

Image
Après Frankenstein, Dracula et le loup-garou, relectures des Universal Monsters, la Hammer Films continue sur sa lancée avec un cycle "momies" commençant par La Malédiction des pharaons (The Mummy, 1959) réalisé par Terence Fisher, avec Christopher Lee et Peter Cushing, la Dream Team de la firme. Ce n'est que cinq ans plus tard qu'un nouvel opus est produit, scénarisé et réalisé par Michael Carreras.

La Momie sanglante (Seth Holt et Michael Carreras, 1971)

Image
Production Hammer tardive, La Momie sanglante (Blood From the Mummy's Tomb) avait certainement des atouts dans sa manche. Mais par un concours du destin particulièrement retors, rien ne se passa comme prévu.

Le Peuple des abîmes (Michael Carreras et Leslie Norman, 1968)

Image
Parfois, il existe des films dont l'idée même paraît très bonne : extravagante, exotique, bref, excitante. Puis le résultat n'est pas à la hauteur de l'attente, ou de son plein potentiel. Cet enchaînement correspond assez bien au film que Michael Carreras réalise pour la Hammer Film en 1968. Il a connu une genèse contrariée, et mérite que l'on s'y attarde aujourd'hui.