Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le film était presque parfait

  • Mask (1985)

    Un film de Peter Bogdanovich

    D'un film de commande, Peter Bogdanovich va faire de Mask un récit poignant et personnel. Sa découverte aujourd'hui, via l'édition DVD/Blu-Ray d'Elephant Films (en exclusivité mondiale !) est un beau cadeau en ce début 2018.

    Lire la suite

  • Le jardin des tortures (1967)

    Un film de Freddie Francis

    La Hammer films a plusieurs concurrents dans l'Angleterre des années 60 : citons la Tigon et la Amicus. Chez cette dernière, on retrouve les mêmes réalisateurs (Seth Holt, Freddie Francis, Roy Ward Baker) et les mêmes acteurs (Peter Cushing, Christopher Lee, Michael Gough, …) que la firme aux dents pointues. La Amicus s'oriente cependant moins vers l'horreur gothique, et fait d'une de ses spécialités le film à sketches. Le jardin des tortures illustre bien cette marque de fabrique.

    Lire la suite

  • Paranoïaque (1963)

    Un film de Freddie Francis

    Après Maniac, la Hammer Films et le scénariste Jimmy Sangster continuent donc dans la veine des thrillers horrifiques avec Paranoïaque, inspiré des chocs Les Diaboliques (Henri-George Clouzot, 1954) et Psychose (Alfred Hitchcock, 1960).

    Lire la suite

  • Les maléfices de la momie (1964)

    Un film de Michael Carreras

    Après Frankenstein, Dracula et le loup-garou, relectures des Universal Monsters, la Hammer Films contiinue sur sa lancée avec un cycle Momies commençant par La malédiction des pharaons (The Mummy, 1959) réalisé par Terence Fisher, avec Christopher Lee et Peter Cushing, la Dream Team de la firme. Ce n'est que cinq ans plus tard qu'un nouvel opus est produit, scénarisé et réalisé par Michael Carreras.

    Lire la suite

  • Fanatic / Die! Die! My Darling (1965)

    Un film de Silvio Narizzano

    Dans la lignée des efforts de la Hammer pour se diversifier durant les années 60, Fanatic (ou Die! Die! My Darling pour son exploitation américaine) propose un récit sous influence avec la belle Stefanie Powers et la grande Tallulah Bankhead. Un Hammer atypique mais pas moins surprenant.

    Lire la suite